Bienvenue sur Nations.fr !
Nous sommes en juin 226 (in-game)
(Non, on n'est pas fermés)

Nations.fr est un jeu de rôle de politique nationale et internationale, où vous pouvez incarner un personnage politicien, diplomate, entrepreneur, noble, espion, ou religieux, et le faire évoluer dans l'une des nations jouables de notre monde virtuel !

Ce site est un portail, ce qui signifie qu'il sert principalement à centraliser les ressources pour vous aider à démarrer, ainsi qu'à jouer les actualités entre nations et la vie politique mondiale.
Une fois que vous vous sentirez prêt à franchir le pas et à vous lancer dans le jeu, vous devrez choisir l'une des nations jouables, que vous retrouverez plus bas, et inscrire votre personnage !

Nouveau ici ? Vous trouverez comment vous présenter ici, et ensuite, consultez le guide des nouveaux arrivants !


__________________


Carte du monde (MàJ - 11/2023)
► Afficher le texte
__________________


Voir les actualités internationales - Accéder au wiki

[International] Loredano World News (LWN)

Les nouvelles qui ponctuent la vie internationale sont accessibles ici.
Avatar de l’utilisateur
Mogwai
Articles : 1
Messages : 83
Inscription : mar. 29 oct. 2019 11:12

lun. 13 mars 2023 21:37

Image
LIBERTÀ PER GLI NAROISIANI

13 mars 211
Fin des hostilités dans la guerre iyroéo-tawkirinaise


Un cessez-le-feu à venir entre les dernières factions combattantes en Idylénie de l'Est pourrait ouvrir la voie à un armistice et à un traité de paix dans les prochains jours.

Près de 19 ans de conflits, des millions de déplacés, des victimes se dénombrant en centaines de milliers. “Et tout ça pour quoi ?” entend-on de la bouche d’un ancien officier général d’Iyroé. Une génération aura été marquée par un conflit qui demeurera l'un des plus difficiles à justifier dans les livres d'histoire, par l'ampleur du désastre qu'il a été pour tous les peuples concernés.

La guerre iyroéo-tawkirinaise est (ou était) probablement l’un des conflits les plus marquants du tournant de ce siècle. C’était également l’un des conflits qui est resté le plus en arrière-plan de la vie géopolitique dominée par les rivalités entre blocs. Hormis l’Unitstat du Borowen, régime totalitaire impliqué très tôt dans le conflit sous l’égide du dictateur Melnikov en soutien à un État tawkirinais qui paraissait se durcir considérablement, les superpuissances que sont l’Union de Novgrad et la Fédération-Unie s’étaient réfrénés d’apporter le moindre soutien aux factions engagées dans les hostilités - du côté phoécien, seule la Lysennie a apporté un soutien timide et loin d’être décisif en faveur de ce qui fut une Union d’Iyroé dynamique et optimiste quant à l’issue du conflit face à un pays qui paraissait en grandes difficultés économiques.

Et ce ne sont ni l’unification du Kuclailand et de l’Eglax, ni la création de la Communauté d’Idylénie Occidentale qui auront permis de faire progresser la paix en Idylénie. Et ce conflit, l’un des échecs les plus retentissants de la Communauté Internationale, de ses leaders et de ses institutions, paraît enfin toucher à sa fin, alors qu’à 00h05 cette nuit, il est attendu que le cessez-le-feu soit proclamé par les derniers belligérants.

Initialement convenu fin 208 par le gouvernement du Tawkirina et le régime d’Iyroé, le cessez-le-feu avait servi de répit pour permettre aux tawkirinais et aux iyroéens de s’occuper des conflits internes qui ont continué d’émietter leur contrôle territorial. Pour une Iyroé qui a connu un effondrement politique presque total jusqu’à l’arrivée du gouverneur Carpentier - dont les réformes radicales ont miné le peu de stabilité restant au pays - cette nouvelle est une aubaine. Elle ne sera toutefois pas aussi bien accueilli que par le peuple tawkirinais, qui après de nombreux initiatives du Premier Ministre al-Brouk et de son successeur Terekzi pour restaurer l’économie tawkirinaise et la place du Tawkirina sur l’Esplanade de la Paix, pourra enfin consacrer ses efforts à une reconstruction plus que nécessaire.

Les trois principaux groupes armés faisant obstacle à une paix durable se sont entendus cette semaine pour mettre fin aux combats et se diriger vers une résolution diplomatique.
Le Tawkirina, se voyant amputé d’une part importante de son territoire, se retrouve toutefois en bien meilleure posture que son rival passé, une Iyroé en État-croupion de ce qu’elle était avant ce conflit dévastateur. Et les nouveaux acteurs qui ont émergé et se sont imposés ne permettront probablement pas à ce qui fut l’Iyroé de continuer d’exister sous la forme qui était la sienne jusqu’alors.



Image
Estimation de la situation des belligérants au 1er mars 211 - en rouge, les lignes de fronts connues et les différentes entités occupantes


A l’Est, la province de Rakeb est presque complètement aux mains de rebelles communistes agraristes, qui ont profité du chaos du conflit dans la région pour proclamer la “République paysanne de Rakeb-Levani”. Basée à Raked Wedebi, s’étendant jusqu’au Mahalet où elle y occupe la capitale provinciale de Levaniti, la république séparatiste avait déjà un accord de coopération militaire avec un autre groupe voisin.
Celui-ci, qui s’est récemment constitué en la “République populaire de Quarel”, a été fondée par des syndicalistes et communistes dans la première décennie du conflit. Déçus par l’absence de tentative de la part d’Iyroé de chercher le soutien de l’Union de Novgrad face au Tawkirina armé et assisté par le Borowen, ses leaders sont d’anciens officiers ayant pris le parti de réorganiser la région en un État centralisé et militarisé, en rupture avec la doctrine pacifique historique de l’Iyroé.
Les deux républiques populaires ont activement cherché un soutien de Novgrad en vue d’obtenir une reconnaissance internationale. D’après des rumeurs dans les rangs des combattants, un accord avec le GSB, les renseignements novgradois : l’Union de Novgrad serait prête à apporter son soutien et à déployer une force conséquente pour garantir l’indépendance des deux territoires à la condition que ceux-ci se fédèrent et s’organisent au sein de l’Internationale.

D’autres, en revanche, recherchent toujours des mécènes auprès de la communauté internationale. Au Sud-Ouest, divisée entre une ancienne zone d’occupation iyroéenne dans la province tawkirinaise du Mulunesh et la région iyroéenne d’Argue, une junte d’officiers syndicalistes opposés aux réformes antisyndicales et autoritaires de Carpentier a pris possession des villes de Joulbeam, Samra, Eralm et Argae, où la junte est basée. L’autoproclamée “Junte de Sameralme” assure que la prise de contrôle des institutions politiques des communes de la région par le pouvoir militaire est une mesure provisoire avant le rétablissement du Congrès des Syndicats et des institutions démocratiques iyroéennes, en opposition au régime du gouverneur Carpentier, qui a suspendu la Charte Fondamentale et pris le titre de Seigneur-Protecteur.
Le régime de Carpentier, justement, n’est pas en reste. Après son départ d’Akhol et son implantation à Solnya, l’ancien gouvernement iyroéen aurait coupé un peu plus les ponts avec ses anciens partenaires occidentaux et soviétiques, et chercheraient à entrer dans le Front des États-Nations Démocratiques, alliance dirigée par le Borowen totalitaire.

Une dernière inconnue subsiste : au Sud, l’île d’Arbea, qui était déjà placé depuis des accords de 208 sous occupation militaire lysennienne en vue de soutenir le gouvernement iyroéen si celui-ci était menacé sur le continent, pourrait voir son statut de territoire lysennien prorogé indéfiniment. Les intérêts lysenniens en Idylénie septentrionale, déjà grandement menacés par le conflit, pourraient être achevés par le régime du gouverneur Carpentier, dont les réformes ont profondément inquiété Lyséa. Inquiète de raviver le conflit entre les loyalistes syndicalistes de Sameralme et le régime de Solnya.

Mais la paix semble être à l’ordre du jour pour chacun des participants à un conflit qui en l’espace d’une génération, a profondément remodelé la géopolitique du continent.
Toutefois, les espoirs inspirés par ce cessez-le-feu et les négociations de paix qui devraient en découler ne peuvent faire oublier que cette cessation des hostilitées est d’abord dictée par des impératifs contraignants - la dévastation économique et démographique de la région au premier chef - plus que par un réel désir de paix. Il paraît probable que le conflit se poursuive, sous forme de confrontation diplomatique permanente, entre des acteurs poussés dans un sens ou dans l’autre par les grandes puissances qui s’affirment dans la région. En Orient comme en Idylénie, la guerre froide par procuration continue, et la menace totalitaire fait encore planer le risque d’un nouveau bain de sang.

Avatar de l’utilisateur
Mogwai
Articles : 1
Messages : 83
Inscription : mar. 29 oct. 2019 11:12

dim. 16 juil. 2023 17:00

Image
LIBERTÀ PER GLI NAROISIANI

16 juillet 215
Un navire de croisière lysennien arraisonné au large de la Callabre

Image
Le NSM Sérénité (Images LWNP)

Un navire de croisière lysennien est resté hors des radars et bloqué en haute mer toute la nuit, après avoir été arraisonnée par l'organisation NVE, opérant depuis Callabre. Le navire est reparti sans encombres ce matin.

Avec à peine 5 ans de service, le NSM Sérénité est l'un des joyaux des navires de croisières lysenniens, servant la populaire ligne estivale entre Lyséa en Lysennie et Lambay en Claddagh. Traversant l'archipel de Port-Malo, la ligne permet d'admirer les littoraux rocheux de Questel, de voguer près des côtes du Carembault avant de remonter vers les côtes verdoyantes de Claddagh. Quant au navire en lui-même, récemment sorti des chantiers navals de Clernnois, il est très prisé pour ses équipements luxueux, sa bonne tenue en mer, et sa livrée blanche et bleue qui le fait se démarquer sur les routes maritimes de la côte Ouest de la Lysennie. Son armement avait à l'époque été couvert par les médias nationaux, et lui avait obtenu une place dans le cœur des amateurs de croisières du Nord du pays.

Et avec les évènements d'hier soir, le Sérénité obtient une nouvelle place, cette fois-ci dans les actualités géopolitiques de la Mer des Isles. Lors de son premier trajet estival entre Port-Malo et Lambay, le vaisseau aurait été arraisonnée par un navire armé de l'organisation NVE. Des hommes armés auraient fait irruption sur le pont principal du navire, terrifiant les passagers, forçant l'équipage à couper toute communication et bloquant le navire sur place pendant près de 8 heures cette nuit.
Le navire a toutefois pu repartir dans la matinée, après le départ des paramilitaires de l'organisation, qui seraient repartis avec plusieurs tonnes de denrées alimentaires, principalement de viandes. Le NSM Sérénité a prévu de poursuivre sa route mais devrait être accueillie dans l'espace maritime de Claddagh par la Cabhlach, la marine royale de Claddagh.

L'organisation NVE, pour "Nueva Vida Ecologica" (féroéen pour "Nouvelle Vie Écologique"), est une organisation écologiste radicale, traitée comme terroriste par 29 États. Celle-ci s'est implantée sur l'île carlomaniane de Callabre avant que le pays ne traverse la Révolution des Iris, à la fin du déclin de l'Empire de Carlomanie. Opérant depuis lors sur le territoire carlomanian occupé, générant des trafics d'armes et de drogues qui ont nourris son activité économique, NVE est longtemps resté à l'écart des routes maritimes majeurs, craignant une opération navale étrangère ou d'attiser les tensions internationales. Même si la reconnaissance d'un État dirigé par un mouvement écoterroriste est resté hors de propos pour ses dirigeants, NVE misait sur une image de croisés de l'environnement pour s'attirer la sympathie de l'opinion publique de Carlomania et des pays phoéciens voisins.
Cela ne l'a toutefois pas empêché d'être mêlé à plusieurs incidents, principalement d'interception et de menaces sur des navires de pêches carlomanians s'approchant de l'espace maritime surveillé par l'organisation.

Le Royaume de Lysennie, qui traite également NVE comme une organisation terroriste, n'a pas pu être notifié de l'incident avant tôt ce matin, lorsque les communications ont été rétablies. Le gouvernement de la comtesse Beauséjour s'est réuni d'urgence en réaction à l'incident. L'arraisonnage ayant eu lieu en haute mer, la Marine royale pourrait être déployée pour assurer la protection des routes commerciales proches de la Callabre.

Avatar de l’utilisateur
Mogwai
Articles : 1
Messages : 83
Inscription : mar. 29 oct. 2019 11:12

mar. 7 nov. 2023 16:38

Image
LIBERTÀ PER GLI NAROISIANI

7 novembre 219
Des gisements de phosphate et d'uranium découverts dans le désert de Besay

Image
Le désert de Besay (Images LWNP)

Divers projets de prospection soutenus par les gouvernements nationaux au Tawkirina et au Dawwfiq ont révélés d'importantes quantités de phosphates et d'uranium dans le désert de Besay, en Idylénie orientale.

Les projets de prospection lancés par l'Empire du Tawkirina et l'État du Dawwfiq il y a quelques années ont attiré l'attention de nombreuses compagnies internationales d'exploitation minière, et alors que les premiers rapports sont déposés par les experts auprès des deux gouvernements, ceux-ci semblent confirmer une chose : la dynamique stratégique de la région du désert de Besay vient de connaître un bouleversement majeur.
Les prospections ont ainsi révélés des gisements de phosphates en quantité importante, et plus encore, sept potentiels gisements d'uranium à travers le désert de Besay. Du côté du Dawwfiq, un gisement important d'uranium dans le comté de Jalaq, dans le sud du pays, de mêmes que plusieurs gisements de phosphates le long de la frontière Sud-Ouest du pays ont été relevés. Du côté du Tawkirina, cinq à six gisements d'uranium ont été découverts, un sixième se retrouvant partagé par la frontière entre Tawkirina et le Kilemyana, royaume tribal sous protectorat du Tawkirina, et des gisements de phosphates ont été découverts dans tout le Nord de la province d'Omharique, notamment à proximité d'Akaday.

Les phosphates, composé principal des produits fertilisants essentiels à l'agriculture moderne, représentent un enjeu très important pour le développement alimentaire en Idylénie, et leur exploitation pourrait dynamiser un secteur profondément impacté par les conditions climatiques et environnementales difficiles de l'Idylénie orientale. Quant à l'uranium, sa présence, même en quantité réduite, représente un enjeu stratégique considérable, tant d'un point de vue énergétique que d'un point de vue géopolitique, permettant potentiellement de lancer un programme nucléaire civil ou militaire sans dépendre de l'importation de ressources fissiles.

Au Tawkirina, le gouvernement mise déjà sur la création de la Compagnie de Valorisation du Désert de Besay (BHLD), compagnie anonyme à capitaux majoritairement publics et ouverts aux investisseurs notamment étrangers. Il est toutefois possible qu'au sein de cette compagnie, l'exploitation de l'uranium soit plus strictement régulé. Les résultats de ces prospections représentant une aubaine inespérée pour l'économie tawkirinaise, et plus encore pour la stature du Tawkirina dans l'économie mondiale. Déjà devenu un acteur idylénien incontournable depuis la fin de la guerre en ex-Iyroé, courtisant avec panache les puissances phoéciennes, l'existence de ces ressources pourrait permettre au Tawkirina de bénéficier de cette stature et de l'améliorer davantage encore.

Plusieurs options s'ouvrent désormais au Dawwfiq : ouvrir l'exploitation des ressources au secteur privé, favorisant l'arrivée de capitaux étrangers au Dawwfiq et qui permettrait un développement rapide des industries liées à ces ressources ; ou consolider l'exploitation de ces ressources au sein d'une compagnie à capitaux publics, voir d'une compagnie de la Couronne, qui garantirait aux pouvoirs publics le contrôle de ces ressources, quitte à nécessiter d'importants investissements. Si les deux options sont possibles pour l'exploitation des phosphates, concernant en revanche de l'exploitation de l'uranium, il est peu probable qu'il soit permis à un oligopole privée de s'en saisir au vu de l'importance stratégique qu'elle représente pour le Dawwfiq et le Samvelde. Alors que le gouvernement du Ministre-en-chef Wael Abboud était déjà divisé sur la question des prospections, l'enjeu économique représente désormais un nouveau point de tensions potentielles au sein de la majorité.
Le Fonds de Développement du Samvelde, chargé des investissements dans le développement économique et humain des pays du Samvelde, et qui a déjà fait un travail considérable au Dawwfiq, pourrait à nouveau s'impliquer dans ce projet de développement, afin d'assurer le maintien de cette ressource dans le Samvelde - une telle décision, toutefois, nécessiterait une implication particulière du gouvernement saphyrien auprès du Dawwfiq.

Toutefois, ces développements sont aussi sources de conflictualités, tant au Tawkirina qu'au Dawwfiq.
L'exploitation du gisement d'uranium à la frontière entre le Kilemyana et le Tawkirina pourrait remettre en cause les termes du traité de protectorat du Tawkirina sur le Kilemyana, notamment sa composante économique et militaire. Et quant à l'impact sur les territoires de l'exploitation de ces gisements, ils représentent un défi environnemental, étant donné la forte pollution associée à l'exploitation de l'uranium et des phosphates, qui peuvent nuire à de nombreuses communautés tribales protégées au Tawkirina, sans compter l'impact considérable de ces exploitations sur les ressources locales en eau, dont l'approvisionnement dans les régions désertiques est un défi perpétuel pour le Tawkirina et tout particulièrement pour le Dawwfiq.

Au-delà de ces considérations, des acteurs internationaux s'inquiètent déjà des conséquences potentielles de ce chamboulement économique.
Si elle représente une bonne nouvelle pour le Samvelde, qui cherche à favoriser un développement économique rendu difficile par la forte dispersion de ces États-membres sur le globe, ce n'est pas le cas d'une autre organisation internationale particulièrement influente dans la région, l'ACRA.
L'ACRA (Association de Coopération Régionale pour l'Asnaywana), créée en 197, et associant la République d'Asnaywana du Nord, la République démocratique populaire d'Asnaywana du Sud et la Commune de Xhat sous la protection de la Fédération-Unie, de l'Union de Novgrad et de la République d'Ostaria, n'a pas manqué de rappeler qu'elle avait été créée pour assurer le développement pacifique de toute la région de l'ex-Asnaywana unifiée. Le Dawwfiq et le Kilemyana faisaient tous deux partie de l'ancienne Asnaywana unifiée, mais avaient été sciemment laissées de côté lors de la fondation de l'ACRA, pour le Kilemyana suite à la volonté du Tawkirina de ne pas s'impliquer davantage dans la gestion post-conflit de l'Asnaywana, et pour le Dawwfiq suite au retrait du Saphyr des négociations sur le plan de paix suite aux critiques sur le bilan du mandat saphyrien pour le Dawwfiq.

Le Secrétaire Général de l'ACRA a lancé un appel aux États garants de l'Association que sont la Fédération-Unie, l'Union de Novgrad et la République d'Ostaria, qui assure actuellement la présidence tournante de l'Association, afin de faire pression sur le Tawkirina et le Saphyr pour que les ressources découvertes profitent également au développement de la région d'Asnaywana. Cet appel intervient alors que l'ACRA demeure encore fragilisée suite au renversement par la Fédération-Unie de la dictature du clan Wakeyo au profit d'une République libérale en Asnaywana du Nord, qui avait été dénoncé par Novgrad et avait conduit à de multiples violations des règlements de l'ACRA et du plan de paix sur la démilitarisation de la région.
En parallèle, la République démocratique populaire d'Asnaywana du Sud a annoncé qu'elle mettrait en place ses propres projets de prospection et qu'elle s'accorderait avec la Commune de Xhat pour réguler l'exportation par voie maritime de ces ressources - le port de Xhat étant l'un des hubs maritimes majeurs du Golfe du Dawwfiq et de la Mer de Jade, au carrefour des routes commerciales entre la Phoécie, l'Idylénie et la Cathésie.

Article réalisé en coopération avec Nyhets-FK - voir l'article sur le site de NFK-OFI


Répondre

Revenir à « Actualités internationales »

  • Information
  • Qui est en ligne ?

    Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité